• QUELQUES PRINCIPESjoueur boule
     Tenez votre boule pour que le majeur soit en dessous de la boule pour mieux la diriger et jouez entre vos pieds.
     Pour éviter une boule courte, ou très courte, utilisez le principe de la fiche n°1 en prenant comme repère l'obstacle à éviter.
     Faire un « bouc », c'est être collé au maître. Si vous jouez sur un bouc, appuyez-vous doucement sur la boule adverse pour éviter de payer l'addition, par le nombre de boules restant à l'équipe adverse.
     Si la boule adverse en à 8o cm du maitre, il vous suffît de vous mettre moins de 8o cm pour avoir le point Il n'y a pas que les « boucs » qui comptent !
     La prudence recommande de ne pas donner de points à l'équipe concurrente. La dernière boule à jouer a toujours un côté dangereux.
     Le jeu de Boule de Fort est un jeu complexe. Si vous voulez être efficace, jouez simple.
     N'écoutez les conseils que des meilleurs joueurs ; ils sont connus et ils pourront vous apporter leur expérience.
     ATTENTION : votre concurrent d'aujourd'hui sera peut-être votre partenaire de demain.
     Jouez toujours le côté le plus ouvert dans le cas où plusieurs boules vous gênent.
     C'est, dans tous les cas, votre position de départ sur la ligne des 1m50 qui déterminera votre trajectoire.
     Les fiches 1 à 4 ne sont qu'indicatives. Selon les jeux, le fort de vos boules ou le roule du jeu, vous devrez vous adapter.

Télécharger les fiches pour impression : 


Fiche 1 : La simple à tomber

Trajectoire 1 : La simple à tomberLa trajectoire à utiliser dans 90% des cas.
Départ désaxé de 50 cm environ par rapport au centre du jeu.
Si maitre côté droit : fort à droite et on part vers la gauche (pente d’attaque).
Si maitre côté gauche : fort à gauche et on part vers la droite.
Les repères sont souvent les angles des jeux, ou les poteaux des rampes latérales.
Plus le coup est court, plus le repère sera près de vous.
Plus le coup est long, plus le repère sera bas dans le jeu.


Fiche 2 : La doublette

Trajectoire 2 : La doubletteStrictement le même principe que la fiche n°1
Il suffit d’accentuer toutes données
Départ : se désaxer de 80 cm, voire 1 m en fonction de la hauteur du maitre sur la pente.
Le repère sera plus court (milieu de fenêtre, poteau ou tout autre point).
Le fort de la boule doit toujours se trouver du côté où se trouve le maitre par rapport au centre du jeu.
Toujours le fort de la boule du côté de la pente où vous êtes perché.

Vocabulaire :
Monter : s’écarter du centre du jeu en montant.
Descendre : se rapprocher du centre du jeu par rapport à la position de départ.


Fiche 3 : La simple à monter

Trajectoire 3 : La simple à monterDépart au centre du jeu ou juste à hauteur du maitre.
Repère : le maitre ou très légèrement au-dessus.
Attention : si votre repère est trop haut, vous allez redescendre au milieu du jeu.
Vocabulaire :
Allonger : c’est prendre un repère plus bas dans le jeu.
Charger : c’est prendre un repère plus haut dans le jeu.


Fiche 4 : Le coup chinois

Trajectoire 4 : Le coup chinoisUn coup peu apprécié des meilleurs joueurs mais devenu efficace du fait des gabarits de jeu et surtout de la sensibilité du roule.
C’est une façon de jouer pour réussir à laisser sa boule au centre du jeu.
Au contraire des fiches précédentes, le fort de votre boule devra se trouver du côté que vous aurez choisi pour faire vos deux charges, soit toujours coté pente d’attaque.
Votre repère sera très court, soit la pointe de la ligne des 6 mètres, soit tout autre point à 6 ou 8 mètres maximum.
Départ de 30 à 50 cm du centre, mais du côté opposé à la pente d’attaque.

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Article 1 :
Terrain boule de fortLe Jeu : Longueur de 18 à 24 m (environ), largeur de 5 m à 6 m (environ), marqué de 4 lignes blanches : 2 lignes à 1,5 m des planches des bouts tracées d’un bord à l’autre du jeu d’une largeur minimum de 2 cm, servent à délimiter la position du joueur. Les deux autres lignes, situées à 6 m des planches des bouts, donnent l’intervalle dans lequel le maître doit se situer au départ de chaque coup.
Les bouts des jeux doivent être équipés d’un dispositif réglable de façon à ce que les boules ne puissent ni sortir ni reculer sans jamais être bloquées.
Les planches font partie intégrante de la surface du jeu y compris le dessus des planches et des frises.
Pour le respect du jeu, les joueurs doivent s’équiper de chaussons. Sauf cas exceptionnel.

Article 2 :
Caractéristiques d'une boule de fortLa Boule : Le diamètre roulant doit être compris entre 123 et 127 mm, son épaisseur ne doit pas excéder 100 mm (il sera toléré une épaisseur allant jusqu’à 102 mm pour les boules déjà existantes) et son poids a pour valeurs extrêmes 1,2 kg et 1,5 kg.
Les joueurs peuvent exceptionnellement changer de boules en cours de partie en cas de bris de boule.
Les joueurs peuvent poser leurs boules sur le dessus des planches sans aucune pénalité.
Le maître : Le diamètre du maître doit être compris entre 80 et 90 mm.

Article 3 :
Les parties : Les parties de boules se jouent entre équipes de 2 ou 3 joueurs disposant de 2 boules chacun. Quelquefois elles se jouent à 1 contre 1 avec 3 boules par joueur et même parfois à 4 contre 4 avec 1 boule chacun. L’équipe gagnante est celle qui a marqué 10 points la première.
Dans une compétition fédérale, les équipes sont formées de joueurs appartenant à la même société et élus sociétaires. La finale se joue en 12 points. L’affichage des tableaux des parties est recommandé.

Article 4 :
Début de partie : Les coups d’essai doivent commencer à l’heure prévue et seront en tout état de cause terminés à l’issue des 15 mn de tolérance, uniquement pour la première partie. Si l’équipe est toujours absente à la fin des 15 mn, elle est déclarée forfait. En cas de forfait d’une équipe, il est accordé à l’équipe présente deux coups d’essai aller-retour.
En cas de forfait en première partie, un coup d’essai aller-retour sera autorisé avant la reprise.
Dans une série à 3, c’est toujours l’équipe qui n’a pas joué qui débute la reprise.


Article 5 :
Remplacement d’un joueur : Au cours d’un challenge, en cas d’absence de joueurs, un remplacement est autorisé pour les parties à 2 contre 2, et deux remplacements pour les parties à 3 contre 3 et 4 contre 4, à condition que ces joueurs n’aient pas participé au dit challenge. Un seul remplacement sera possible jusqu’aux quarts de finale inclus. Si une équipe est incomplète, le joueur présent peut concourir avec ses 2 boules sans qu’aucune boule supplémentaire ne soit autorisée. Le joueur absent peut entrer en cours de partie une fois le coup de boule terminé dès la mène suivante.
Un joueur faisant partie d’une équipe éliminée d’un challenge ne peut pas concourir dans cette même compétition en changeant d’équipe. Un joueur ayant été remplacé ne peut pas reprendre sa place dans le challenge.

Article 6 :
a) Position du maître : Le maître est poussé au pied (entre les lignes tracées sur le jeu) de telle sorte qu’il puisse s’arrêter seul. S’il s’arrête en dehors de ces limites, il est poussé une nouvelle fois au pied de façon à ce qu’il s’immobilise seul. Dans tous les cas, le joueur qui positionne le maître doit être situé entre la planche et la ligne des 1,5 m. Après les coups d’essai, le maître sera mis à 2,25 m de la ligne des 1,5 m.

Le maître est remis au centre du jeu systématiquement si :
Après un tir, il revient vers la ligne des 6 m du départ et la dépasse en totalité à l’aplomb, même si l’une des équipes n’a plus de boules.
• le maître sort de l’aire du jeu ou heurte un obstacle l’empêchant de sortir (pieds de spectateurs, grillage, poteaux, …)
• le maître ne touche plus l’aire de jeu
• Si une boule se trouve juste au centre du jeu, le maître est placé devant pour être visible du joueur.
• Pour éviter les sorties intempestives du maître dans certains jeux, il peut être nécessaire d’aménager les bouts ou de changer les maîtres.

b) Mène nulle : La mène est annulée lorsqu’une boule sort de l’aire de jeu, y revient et modifie le coup.

c) Boule retirée du jeu : Une boule est retirée du jeu et annulée lorsque :
• elle revient vers la ligne des 1,5 m du départ et la dépasse en totalité, à l’aplomb,
• elle sort de l’aire de jeu ou heurte un obstacle,
• elle ne touche plus l’aire de jeu,
• voir aussi, l’article 7.

d) Position du joueur : Avant de rouler ou tirer, le joueur doit se situer entre la ligne des 1,5 m et la planche, ligne qu’il ne doit toucher en aucun cas. Au moment de jouer sa boule, il doit être seul dans cet espace et il doit attendre que toutes les boules et le maître soient complètement immobilisés dans le jeu. En cas d’affluence dans les allées, les joueurs sont autorisés à se déplacer dans l’aire de jeu.

e) Points litigieux : Les distances des boules au maître sont mesurées à l’aide de "bauges" ou de tout autre moyen dont disposent les sociétés ou les joueurs. C’est à l’équipe qui a joué en dernier de "bauger". Si, en "baugeant", un joueur déplace soit le maître soit une boule, il perd automatiquement le point au bénéfice de son adversaire. Le maître est remis approximativement à la même place s’il reste des boules à jouer.
En cas d’égalité de distance ou de tout touche, le principe suivant est adopté : c’est le dernier qui a joué qui rejoue une boule. S’il n’y a pas de changement visuel, chaque équipe joue à tour de rôle jusqu’à ce que le point soit acquis. Si toutes les boules sont jouées, le coup est déclaré nul et le jeu repart dans l’autre sens.
S’il est fait appel à un commissaire pour "bauger" un point litigieux, le commissaire sera seul dans le jeu pour prendre la décision qui sera sans appel.

Article 7 :
Joueur distrait : Si un joueur joue une boule appartenant à l’équipe adverse, la boule est retirée du jeu et restituée à son propriétaire, mais le joueur distrait est ainsi pénalisé d’une boule, et le jeu continue.
Si un joueur joue une boule appartenant à son partenaire, la boule est considérée comme jouée et ne doit pas être remplacée. Le partenaire dont la boule a été jouée, continue le coup avec la (les) boule(s) restante(s).
Il est conseillé à chaque joueur de personnaliser ses boules. Pendant un coup de boule, un joueur ne doit pas se déplacer avec une boule à la main, en dehors de l’aire de jeu.

Article 8 :
Respect d’autrui : Au cours des parties, une correction absolue est demandée aux joueurs. Un joueur qui se conduirait de manière incorrecte, qui serait vêtu de façon indélicate ou qui ferait état de violence soit physique soit verbale, sera immédiatement sanctionné, entraînant de fait la disqualification de son équipe. Il en est de même pour tout joueur qui tiendrait des propos inconvenants envers ses adversaires, ou toute personne chargée de faire appliquer le présent règlement.
Les spectateurs sont également concernés par cet article.

Article 9 :
Non-respect du règlement : En cas de non-respect du règlement, de contestation ou de tout autre fait ayant lieu dans une partie, le responsable de secteur ou le commissaire de jeu délégué, intervient afin de prendre une décision, laquelle est sans appel.

Article 10 :
Assurance : Les organisateurs des challenges apportent tout leur soin à l’organisation et au bon déroulement des parties de boule. La couverture d’une assurance responsabilité civile est obligatoire pour toutes les sociétés qui organisent des challenges ou toute autre manifestation.

Appliquer le règlement intelligemment.

Adopté à Angers, le 18 mai 2019

Application au 1er janvier 2020

Le Secrétaire de la F.F.B.D.F.        Le Président de la F.F.B.D.F.
Jean-Claude CHAUVAT   Hubert LAFUENTE

Sport
         Loisir ou...
                          culture?

Terrain bouleLa Boule de Fort est assurément un sport puisque c'est une activité physique et que les compétitions sont de plus en plus nombreuses. La Boule de Fort est certainement un loisir puisque c'est une activité physique qui se joue en pantoufles et que sa pratique est avant tout un jeu avec ses règles. Une partie de boule, c'est surtout une rencontre amicale et conviviale.
La Boule de Fort est une identité angevine... Elle revêt de ce fait un caractère culturel attaché au patrimoine de l'Anjou. Le jeu de la boule de fort et la vie sociale dans les sociétés, demeurent parties prenantes dans les traditions populaires de la vie locale.

Le Jeu
Le jeu de la boule de fort demande de l'adresse, de la concentration, de la patience mais aussi de la souplesse dans le geste et des jambes solides pour parcourir des dizaines d'aller et retour pendant une partie. Les parties se jouent normalement en 10 points et peuvent durer entre une et trois heures.

Le Terrain
D'abord c'est un jeu de plein air avec une piste en terre battue qui, plus tard, a parfois été goudronnée. Les jeux ont ensuite été couverts, ce qui a permis de jouer à l'abri des intempéries et qui a aussi permis de maintenir la piste parfaitement lisse et polie. Les dimensions des terrains initialement très variables doivent maintenant avoir une longueur comprise entre 18 et 24m et une largeur de 5 à 6 m. Les bords sont relevés et leur pente dépend du gabarit du « faiseux dieu ».

Il fallait être expert pour arroser le jeu et le rouler au moins une fois par semaine. Les bons « rouleux deux » étaient recherchés, assuraient la bonne qualité du « roule » et la réputation de la société. L'état du « roule » s'il dépend de l'entretien du terrain est aussi fonction des conditions climatiques, même dans les jeux couverts. La terre sablo-argileuse nécessaire à la réalisation est extraite dans la commune du Guédéniau (3 sociétés ont existé au Guédéniau mais toutes ont disparu dans ce village qui a marqué la Boule de Fort dans l'histoire) , à proximité de la forêt de Chandelais. L'entretien des jeux de terre est une affaire délicate, elle demande du savoir-faire, une grande disponibilité et une grande fraîcheur physique de la part du spécialiste. Pour ces raisons non respectées, des jeux sont abandonnés.
A la fin des années 1960, les évolutions techniques ont permis de découvrir des nouveaux matériaux faits de résines synthétiques (matières plastiques). Les terrains sont devenus moins délicats à entretenir. Il faut cependant penser à les refaire en moyenne tous les 10 ans (Le Conseil Général de Maine et Loire participe financièrement, pour une part importante, dans la refection des jeux) Des revêtements plus fiables ont aussi été réalisés avec des plaques de linoléum collées sur une assise en béton. Ces revêtements n'ont pas fait recette du fait de la technique de collage mal maîtrisée et du fait de la tenue de la boule qui ne frotte pas pareillement sur la surface.

La boule
L'originalité de cette boule tient dans le fait qu'elle est méplate avec un côté « faible » légèrement évidé en son centre pour lui enlever du poids. L'autre côte plus lourd porte le nom de « fort ».

Les Boules de Fort utilisées aujourd'hui sont ferrées. Leur diamètre doit être compris entre 123 et 127 mm, leur épaisseur ne doit pas dépasser 100 mm et leur poids entgre 1.2kg et 1,5kg.

La première boule ferrée aurait été cerclée en 1865 par un forgeron de Mazé nommé PINEAU. Monsieur THIBERGE d'Angers fut le premier tourneur de Boule de Fort connu, il ferra sa premiere boule en 1871.

Le corps des premières boules, fabriquées spécialement pour être des Boule de Fort, est fait en bois local : surtout du cormier mais aussi du frêne ou du buis. Si le bois est toujours préféré par de nombreux joueurs, le marché actuel propose également des boules réalisées avec des matières plastiques.


Les parties amicales
Le jeu de la Boule de Fort était donc à l'origine une activité de loisirs proposée aux membres des sociétés. Les sociétaires s'adonnaient à ce jeu surtout le dimanche apres-midi (à la place des vêpres). 8 à 12 joueurs pouvaient être présents ensemble sur le terrain et ne jouaient qu'avec une seule boule. Une fois la boule lancée, il fallait bien une demi-heure d'attente avant de recommencer un autre coup. Pendant ce temps là, le concierge « faisait sauter » un grand nombre de bouchons. On buvait bon, seulement du vin d'Anjou. Il était bien difficile de vivre la partie et de se motiver au jeu.

Une partie vite faite en 6 points entre deux joueurs pouvait être le moyen pour le gagnant de se faire payer un verre par le perdant.

De nos jours les parties amicales se disputent en semaine, de jour, avec des sociétaires retraités. Le jeu est parfois réservé pour faire une partie entre amis. Le dimanche est souvent l'occasion de jouer des parties en famille.

Les challenges

Le premier challenge de boule de fort en 1905
Le premier challenge de boule de fort en 1905


Le premier concours publique a eu les 15 et 16 juillet 1905 à Asnières Bois Colombe, à l'initiative du journal « l'Angevin de Paris ».
Il existe en effet une société « la Boule Angevine et Tourangelle », située avenue Dianoux, qui regroupe les Angevins de la capitale.

En ce début du 20ème siècle un changement est amorcé : le jeu de Boule de Fort prend une place de plus en plus importante dans l'animation des sociétés. Des challenges s'organisent entre les sociétés, surtout en secteur urbain Le développement de la compétition contribue à maintenir de l'activité et petit à petit les sociétés rurales adhèrent à cet esprit sportif. C'est surtout à partir de 1950 que les concours se multiplient, soit à l'intérieur des sociétés entre sociétaires ou avec des invités, soit en associant plusieurs sociétés.

Suivant leur courant de pensée des sociétés se regroupent au sein de Fédérations qui organisent leur propres challenges. Fédération des Amicales Laïques en 1912 et Fédération des Cercles Catholiques en 1926. Stupéfaction, en 1938 un même joueur gagne les 2 challenges : traîtrise pour les uns ou lâchage pour les autres, l'histoire ne le dit pas.

D'autres Fédérations se font jour pour mettre sur pieds des challenges avec des sociétés d'un même secteur geographique: fédération du Saumurois — fédération rurale de Trélazé — fédération des ponts de Cé — fédération de la ville d'Angers - amicale des boulistes ruraux — fédération de la Sarthe —fédération de l'Indre et Loire — l'Entraide dans le canton de Beaufort-fédération du Segréen. Certaines de ces fédérations ont disparu et d'autres ont agrandi leur territoire d'influence.

Entre 1907 et 1991, le challenge Cointreau est demeuré la compétition la plus prestigieuse. Toutes les sociétés adhérentes à la Fédération se faisaient un devoir d'inscrire une équipe. Le jour de la grande finale était un événement exceptionnel pour la sociéte qui l'accueillait. Les vainqueurs gagnaient l'estime de tous les joueurs, ils étaient reconnus au titre de champions. Prétextant les obligations de la Loi EVIN, la maison COINTREAU a retiré sa participation en 1992 et d'autres challenges Fédéraux ont pris le relais : challenge de l'UAP de 1992 à 1997, challenge du Conseil Général de Maine et Loire depuis 1993 et le challenge de la cave des Vignerons de Saumur depuis 2000. Le challenge du Crédit Agricole a déjà 30 années d'existence. Conscient de sa responsabilité pour promouvoir le jeu de la boule de fort, la Fédération s'est engagée a relancé un challenge réservé aux seuls juniors. Ce challenge a pu voir le jour grâce au concours de la Banque Atlantique. C'est une équipe du Prieuré de Fontaine Guérin, formée par Yohann CHOLETAIS et Jonathan RAVENEAU, qui a remportée la finale de la première edition en septembre 2002.

On ne compte pas moins de 200 challenges ayant un caractère public, c'est à dire qui sont ouverts à tous les joueurs. Ces challenges sont dotés en prix par des entrepreneurs locaux, des commerçants, des banques, des notables ou des elus politiques. Ils sont à l'initiative d'une sociéte organisatrice mais parfois plusieurs sociétés s'associent pour diminuer la durée de la competition. Un challenge rassemblant 150 joueurs inscrits peut se dérouler sur une période de 2 mois. Les parties se jouent généralement le week-end à partir du vendredi soir. L'inscription à un challenge est payante, en principe 4€ par joueur. Au moment de la finale et de la distribution des prix, 100 personnes au moins sont rassemblées. Cela explique pourquoi les notables refusent rarement une invitation, les rassemblements autour de la Boule de Fort étant toujours très populaires.

Le sport a-t-il sauvé les sociétés ? Cette interrogation est la conclusion de Jean Luc MARAIS dans son livre : Les sociétés d'Hommes. Oui, certainement, mais une dérive existe. Les différentes compétitions ont sûrement apporté un dynamisme mais la multiplication des challenges les met en concurrence. Pour attirer les joueurs, il faut augmenter les prix Parmi les 45000 ou 50000 sociétaires, combien sont ils compétitifs ? Quelques petites dizaines seulement. Pour être compétitif, il faut pratiquer fois plusieurs fois par semaine et bien peu peuvent se le permettre. Le joueur qui s'engage dans un challenge le fait avec l'espoir d'aller le plus loin possible, mais s'il n'est pas compétitif il aura du mal à gagner la premiere partie. Les challenges deviendraient-ils réservés pour quelques-un seulement ? La Boule de Fort doit aussi rester un jeu populaire socialisant, ou chacun est à même de s'exprimer.

Le joueur de boule
De véritables champions, accumulant les victoires, font la fierté de leur société. L'image que l'on voudrait donner du joueur de boule est trop souvent faussée par les rumeurs.

Le jeu de boule est un sport de souplesse plein de délicatesse. Il demande à celui qui le pratique des efforts de concentration, une maîtrise de soi, une confiance parfaite dans son partenaire et un profond respect de l'adversaire. Une partie de boule est auto-arbitrée, il n'est pas besoin qu'une tierce personne fasse respecter les règles et juge les litiges.

Le joueur doit très tôt prendre corps avec la piste : roule du jeu, pente qui tire ou qui lâche, repères pour le tir, charges à serrer ou à rentrer, renvoi de la planche et défauts du jeu.

Pour rouler, le joueur pose délicatement et dose la mesure de son geste tout en étant souple sur ses jambes. Il met en communion le fort de la boule, la pente choisie et la longueur du coup. Il imagine la trajectoire et tente de la réussir. Pour tirer il doit mettre en harmonie la force de son lancer et sa position sur le côté du terrain.

Ce n'est qu'après avoir maîtrisé ces différents aspects du jeu qu'il pourra prétendre faire de beaux points et gagner une partie.

Le jeu ne demande pas d'efforts physiques importants, mais surtout souplesse et concentration. Une partie de boule peut néanmoins durer plusieurs heures ce qui nécessite de rester debout longtemps et faire de nombreux pas dans le jeu.

On peut pratiquer la Boule de Fort à tous les âges mais les jeux de boule ont souvent éte réservés aux personnes âgées.

L'age moyen du joueur de boule à maintenant fortement rajeuni et les moins âges en font voir de toutes les couleurs aux vieux. Ce sont souvent des équipes formées par de jeunes joueurs qui gagnent les challenges. Il faut dire que les temps libres des jeunes sont très occupés et qu'ils préferent pratiquer le soir, mais la partie de boule peut se terminer très tard, à une heure qui ne correspond pas aux habitudes des joueurs âgés.

Les enfants s'adaptent très bien à la pratique du jeu de Boule de Fort qui est une activité ludique très formatrice Les sociétés ne leur sont pas toujours ouvertes mais des efforts sont remarqués ici ou là. Des écoles de boule voient le jour, des centres aérés pratiquent cette activité et des enseignants s'y intéressent. Il est possible de faire jouer ensemble un enfant et un adulte, et cela n'est pas courant dans les disciplines sportives. Papy est toujours très content de donner des leçons à son petit garçon et celui ci est très appliqué pour respecter les consignes. La Boule de Fort est un jeu qui convient aux enfants et qui leur plait, de nombreuses expériences l'ont démontré.

Dans bien des jeux traditionnels, le joueur qui n'avait pas marqué de points dans sa partie était contraint d'embrasser les fesses à Fanny. Une Fanny est respectueusement conservée dans un petit placard, fermé bien souvent à clé, à l'écart des regards voyeurs. Elle est dessinée et peinte, avec plus ou moins bon goût, par un artiste local. Des affiches de camionneurs ont remplacé quelquefois la peinture défraîchie, pour donner à Fanny une silhouette et des formes plus alléchantes pour ses messieurs. Ces figures compromettantes étaient bien evidemment bannies dans les sociétés qui étaient sous l'influence du clergé. Le tintement d'une cloche prévenait les sociétaires qu'il y avait une Fanny à embrasser. On se pressait pour assister à la cérémonie. Le joueur concerné devait se décoiffer et s'agenouiller pour « biser Fanny ». Les personnes présentes n'étaient pas accourus pour être simplement des spectateurs, mais parce que le « biseux d'Fanny » devait aussi payer une tournee générale.

A Brion, une Fanny bien en chair paraît-il, se serait porter volontaire pour soulever ses jupes et se faire embrasser le derrière par des malheureux perdants. Depuis ce temps là, quand on fait zero point, on est bon pour faire un voyage à Brion, dans les propos tout au moins. Cette expression est toujours d'actualité et les sociétes de Brion organisent un challenge spécifique pour les « Brionneux », c'est a dire pour les joueurs qui, dans l'année, n'ont pas marque de point en faisant une partie de boule.

Le village de Brion peut s'enorgueillir de compter deux confréries qui témoignent du jeu de la Boule de Fort : la Confrérie des Brionneux et la Confrérie des Pèlerins de Brion.

Des groupements d’amis

Les sociétés apparaissent dans les villes angevines à la fin du 18ème siècle, elles expriment une forme nouvelle de vie en groupe. Les sociétés sont crées alors par des notables puis se sont peu à peu étendues aux différents groupes sociaux et professionnels. Ce sont des associations d’hommes fermées sur elles-mêmes, existant dans le but de se retrouver entre amis de sont choix. Les membres des autres sociétés ne sont pas admis et les femmes en sont exclues, ainsi le prouvent les extraits de quelques règlements intérieurs : « Aucun des sociétaires ne pourra se réunir à d’autres sociétés dans la commune faute par lui, il sera expulsé de droit » (1843 La grande Société,  Le Plessis Grammoire ) - « Toutes femmes ou enfants qui viendront chercher leur parent ou ami ne pourront rester dans la buvette plus d’une demi-heure sous peine de 25 centimes d’amende » (1833 société Pierre Lise à Angers).

Les règlements intérieurs sont une suite d’obligations et d’interdits, les contrevenants sont passibles d’amendes dont les montants sont votés à chaque assemblée générale.

Ces groupements d’amis deviennent rapidement des communautés d’idées. Le clergé voit d’un mauvais œil ses paroissiens déserter les vêpres pour aller faire un tour à la société. Les idées républicaines y sont souvent débattues et approuvées. Le fonctionnement interne est très démocratique, c’est le Président, élu par les membres, qui détient le pouvoir, et non une autorité extérieure. Le clergé contraint certaines sociétés de son influence à rester fermées pendant les offices. D’autres sociétés revendiquent la laïcité. Les uns et les autres ne tardent pas à voir dans les sociétés un moyen de prolonger l’encadrement des loisirs commencé dans leur patronage d’enfants.

Des lieux de loisirs

Les hommes s’y retrouvent ensuite pour pratiquer différentes activités culturelles et de loisirs. Le premier local est une salle de réunion à laquelle une buvette puis une cave sont vite adjointes. Un concierge assure l’entretien des locaux et le service des consommations. Au 19ème siècle un jeu nouveau se développe : la Boule de Fort. Ce jeu devient une animation très répandu dans les sociétés. On joue aux boules en plein air entre deux jardins ou dans un coin de champ.

Les sociétés prospèrent et s’étendent dans la campagne. Il faudra attendre la fin du 19ème siècle pour voir se multiplier les jeux couverts. Les bâtiments ont, depuis cette époque gardés leur architecture caractéristique et leur situation géographique ce qui explique qu’il est souvent difficile de voir la société quand on se promène dans la rue. Le nombre de sociétés, essentiellement des sociétés de Boule de Fort, ne cesse de s’accroître pour atteindre le chiffre de 1000, réparties dans 287 communes, sur le département de Maine et Loire en 1900 ( on en compte alors 31 à Mazé, presque autant à Beaufort et à Saint Mathurin et 15 à Corné).

La Belle Époque marque l’apogée des sociétés mais la première guerre mondiale allait marquer un frein à cette croissance. Beaucoup de sociétaires sont mobilisés et certains bâtiments sont réquisitionnés, ceux qui restent ne peuvent assurer toutes les charges,  bien des propriétaires et membres influents meurent au front. Après la guerre, les successions sont difficiles, des sociétés sont mises en vente par les propriétaires privés et elles n’ont pas les moyens de se rendre acquéreur de leurs bâtiments. Le pouvoir d’achat est en augmentation et le prix du vin devient plus abordable. Il s’en suit une plus grande consommation de boisson, ce qui dégrade l’image des sociétés. Difficultés financières, vieillissement des membres, diminution des effectifs, mauvaise image : tout concorde pour mettre les sociétés en état de crise. Les trente années glorieuses qui ont suivi la Libération ont conduit à la recherche d’un confort individuel au détriment des regroupements sociaux. L’américanisation des loisirs inhibe les jeux traditionnels.

En 1970, le Maine et Loire ne compte plus que 350 sociétés. Un renouveau s’opère à partir de cette date. Les sociétés s’ouvrent aux « étrangers », aux femmes et aux enfants. De nombreuses compétitions fédérales sont organisées. Des commerçants, des artisans, des industriels, des notables dotent des concours. Plus qu’un loisir, la Boule de Fort devient une compétition. Un changement est amorcé, le développement des challenges dans le jeu de Boule de Fort à pris une place de plus en plus importante dans la vie des sociétés. L’esprit sportif est maintenant une valeur supplémentaire qu’il faut mettre à l’actif du sociétaire joueur de boule.

Des investissements importants ont été entrepris dans les locaux pour pouvoir accueillir les sociétaires et leurs invités dans de bonnes conditions de confort : mobilier, chauffage, sanitaire, isolation ventilation, revêtement, peinture, décoration, etc.

Pour payer ces charges il faut des recettes. Elles proviennent de la cotisation des membres, de la ventes des boissons, du tronc des parties de boule, des repas organisés et parfois de subventions. C’était assurément la buvette qui assurait le maximum des ressources, le montant des cotisations restant d’un coût très modeste (La recette de la buvette correspondait en moyenne à 80% des produits de fonctionnement). Maintenant beaucoup de sociétés organisent des repas ou autres manisfestations qui représente une part grandissantes des recettes.

Des communes, ou des communautés de communes, on compris l’intérêt d’avoir un société sur leur territoire. Elles ont racheté ou construits des bâtiments qu’elles entretiennent. Ainsi, la vie sociale, qui accompagne maintenant la pratique de la Boule de Fort, reste un élément d’importance dans l’animation du village ou du quartier.

Pourquoi ce lien entre la société et le jeu de boule ? On peut très bien jouer à la boule en dehors d’une organisation sociale. L’originalité de la Boule de Fort tient autant de son environnement social que la curiosité de son jeu.

En 2019, il existe 385 sociétés réparties sur cinq départments. La plus à l’Est est située à Blois dans le Loir et Cher, la plus à l’Ouest à Saint Nazaire en Bretagne, au Nord c’est le Mans dans le Maine et au Sud Vezins dans les Mauges.Voir la carte des sociétés de boule de fort  

Vous qui lisez ces quelques lignes et qui ne connaissez ni la pratique de la Boule de Fort, ni l’ambiance des Sociétés, allez donc faire un petit tour à l’Union, aux Amis Réunis, à La Prospérité ou bien encore à la Renaissance ou La Concorde. Présentez-vous, vous serez bien accueilli et vous aurez sans doute l’envie de devenir sociétaire. Pour être sociétaire il vous faudra trouver en principe 2 parrains avant d’être voté par l’assemblée générale.

 

Print Friendly, PDF & Email

Article 1 : Le Jeu : longueur de 18 à 24 m, largeur de 5 à 6 m, marqué de 4 lignes blanches : 2 lignes à 1,5 m des planches des bouts (tracées d'un bord à l'autre du jeu), servent à délimiter la position du joueur. Les deux autres lignes, situées à 6 m des planches des bouts, donnent l'intervalle dans laquelle le maître doit se situer au départ de chaque coup.

Les bouts des jeux doivent être équipés d’un dispositif réglable de façon à ce que les boules ne puissent ni sortir ni reculer sans jamais être bloquées.

Article 2 : La Boule : le diamètre roulant doit être compris entre 123 et 127 mm, son épaisseur ne doit pas excéder 100 mm (il sera toléré une épaisseur allant jusqu’à 102 mm pour les boules déjà existantes) et son poids a pour valeurs extrêmes 1,2kg et 1,5kg.

   Les joueurs peuvent exceptionnellement changer de boules en cours de partie.

   Le maître : Le diamètre du maître doit être compris entre 80 et 90 mm.

Article 3 : Les parties :  Les parties de boules se jouent entre équipe de 2 ou 3 joueurs disposant de 2 boules chacun. Quelque fois elles se jouent à 1 contre 1 avec 3 boules par joueur et même parfois à 4 contre 4 avec 1 boule chacun. L’équipe gagnante est celle qui a marquée 10 points la première. Dans une compétition, la finale se joue en 12 points.

Article 4 : Retard : Il est toléré un retard de 15 minutes par rapport à l'heure prévue sur la convocation. Passé ce délai, l'équipe présente commence ses coups d'essai. Si l'équipe adverse est toujours absente à la fin de ces coups d'essai, elle est déclarée éliminée. En cas de forfait d'une équipe, il est accordé à l'équipe présente deux coups d'essai aller et retour.

    Dans une série à 3, c'est toujours l'équipe qui n'a pas joué qui débute la reprise.

Article 5 : Remplacement d’un joueur : Au cours d’un challenge, en cas d'absence de joueurs, un remplacement est autorisé pour les parties à 2 contre 2, et deux remplacements pour les parties à 3 contre 3, à condition que ces joueurs n'aient pas participé au dit challenge. Aucun remplacement, sauf cas exceptionnel imprévisible, ne sera admis à partir des ½  finales.  Si une équipe est incomplète, le joueur présent peut concourir avec ses 2 boules sans qu’aucune boule supplémentaire soit autorisée. Le joueur absent peut entrer en cours de partie une fois le coup de boule terminé dès la mène suivante.

 Un joueur faisant partie d’une équipe éliminée d’un challenge ne peut pas concourir dans cette même compétition en changeant d’équipe. Un joueur ayant été remplacé peut reprendre sa place dans le challenge

Article 6 :       

a) Position du maître : Le maître est poussé aux pieds (entre les lignes tracées sur le jeu) de telle sorte qu'il puisse s'arrêter seul.  S'il s'arrête en dehors de ces limites, il est poussé une nouvelle fois aux pieds de façon à ce qu'il se fixe seul. Dans tous les cas, le joueur qui positionne le maître doit être situé entre la planche et la ligne des 1,5m.

Le maître est remis au centre du jeu si, après un tir, il revient vers la ligne des 6 m du départ et la dépasse en totalité à l'aplomb, à condition que chacune des 2 équipes soient en possession de boule à jouer, avant le coup de tir. Si une boule se trouve juste au centre du jeu, le maître est placé devant, la boule faisant face au joueur.

Pour éviter les sorties intempestives du maître dans certains jeux, il peut être nécessaire d’aménager les bouts ou de changer les maîtres.

b) Coups nuls  le coup est annulé lorsque :                  

-         le maître sort de l'aire du jeu ou heurte un obstacle l'empêchant de sortir (pieds de spectateurs, grillage, poteaux, dessus de planche, dessus de frise…)

-         le maître revient vers la ligne des 6 m du départ et la dépasse en totalité à l'aplomb, dans le cas l’équipe adverse du tireur ne possède plus de boule à jouer.

-         le maître ne touche plus l'aire de jeu

-         une boule sort de l'aire de jeu, y revient, et modifie le coup.

c) Boule retirée du jeu  Une boule est retirée du jeu et annulée lorsque :

-         elle revient vers la ligne des 1,5m du départ et la dépasse en totalité, à l’aplomb.

-         elle sort de l'aire de jeu ou heurte un obstacle comme il est précisé pour le maître.

-         elle ne touche plus l'aire de jeu.

-         voir aussi, l’article 7.

d) Position du joueur : Avant de rouler ou tirer, le joueur doit se situer entre la ligne des 1,5 m et la planche, ligne qu'il ne doit toucher en aucun cas. Au moment de jouer sa boule il doit être seul dans cet espace et il doit attendre que toutes les boules et le maître soient complètement immobilisés dans le jeu. En cas d’affluence dans les allées, les joueurs sont autorisés à se déplacer dans l’aire de jeu, sans y stationner.

e) Points litigieux : Les distances des boules au maître sont mesurées à l'aide de "bauges" ou de tout autre moyen dont disposent les sociétés ou les joueurs. C'est à l'équipe qui a joué en dernier de "bauger". Si, en "baugeant", un joueur déplace soit le maître soit une boule, il perd automatiquement le point au bénéfice de son adversaire. Le maître est remis approximativement à la même place s’il reste des boules à jouer.

En cas d'égalité de distance ou de tout touche, le principe suivant est adopté : c'est le dernier qui a joué qui rejoue une boule. S'il n'y a pas de changement visuel, chaque équipe joue à tour de rôle jusqu’à ce que le point soit acquis. Si toutes les boules sont jouées, le coup est déclaré nul et le jeu repart dans l’autre sens.

Article 7 : Joueur distrait : Si un joueur joue une boule appartenant à l'équipe adverse, la boule est retirée du jeu et restituée à son propriétaire, mais le joueur distrait est ainsi pénalisé d'une boule, et le jeu continue. Il est conseillé à chaque joueur de personnaliser ses boules. Pendant un coup de boule, un joueur ne doit pas se déplacer avec une boule à la main, en dehors de l’aire de jeu. Pour sortir une boule du jeu, il y a lieu que toutes les boules aient été jouées.

Article 8 : Respect d’autrui : Au cours des parties, une correction absolue est demandée aux joueurs. Un joueur qui se conduirait de manière incorrecte, qui serait vêtu de façon indélicate ou qui ferait état de violence soit physique soit verbale, sera immédiatement sanctionné, entraînant de fait la disqualification de son équipe. Il en est de même pour tout joueur qui tiendrait des propos inconvenants envers ses adversaires, ou toute personne chargée de faire appliquer le présent règlement.

Article 9 : Non-respect du règlement : En cas de non-respect du règlement, de contestation ou de tout autre fait ayant lieu dans une partie, le président de section ou le commissaire de jeu délégué, intervient afin de prendre une décision, laquelle est sans appel

Article 10 : Assurance : Les organisateurs des challenges apportent tout leur soin à l'organisation et au bon déroulement des parties de boule. La couverture d’une assurance responsabilité civile est conseillée à toutes les sociétés  qui organisent des challenges ou toute autre manifestation.


Lu et approuvé le 26 avril 2003 par les instances fédérales :

Le Président : Pierre  MORIN

Les vice-Présidents :

Eugène LETOURNEUX (Président des Boulistes Ruraux)

Jean Noël MOUCHE (Président du Segréen)

Michel HOUDAYER (Président de la Sarthe)

Philippe PIAUMIER (Président de l’Indre et Loire)

Dominique LECLERT (Président du Saumurois)

Guy DUTOUR (Président de la Ville d’Angers)

Nom Adresse Accessoires Jeux Boules Site/infos
Trophées 49
Bougle Gérard
11 rue Marguerite Andard
49800 - LOIRE-AUTHION
Tél. : 02 41 54 98 37
Email : gerard.bougle@wanadoo.fr
Trophées
Boules
  X  Site internet
DESAUNAY Fréderic La Grande Rue 49350 Les ROSIERS
Tél : 02 41 51 84 91 
Mobile : 06 32 95 79 54
  X X  
F.B.F.
Fasilleau Marie-Thé et Roger
9 rue René Morice 49640 Morannes
Tél : 02.41.42.18.44
Port : 06.79.39.98.39
Email roger.fasilleau@orange.fr
Tourne boule
Trophées
  X Site internet
JAMAIN 18 rue du 11 novembre
37340 AMBILLOU DE TOURAINE
Tél. :02 47 52 41 71
    X  
LOUET Daniel 89bis rue de Haute Reculée
49000 Angers
Tél. :02 41 48 50 48
    X  
MARGAS Michel 18 route de BAUGÉ
49630 MAZÉ
Tél. :02 41 80 61 62
  X    
POLISSAGE
DU LOIR
M. Patrick GALLET
LA PROUTIERE
49150 CLEFS
Tél. :02 41 82 84 07
Polissage et nettoyage de boules de fort      
Mme Simone VALISI La Pinsadière
49430 HUILLÉ
Tél. :02 41 33 94 90
Sacs de boule en cuir sculpté      
TAUGOURDEAU Yannick Port à Fondu
49250 BEAUFORT
Mobile :06 70 98 42 98
Boules originales   X Portrait

Cette association créée en 2012 à Longué-Jumelle a pour but de faire découvrir et de sauvegarder ce jeu ancestral et particulier à notre région.

Dans l'espace Information et Patrimoine, un magnifique jeu en terre a été recréé  ainsi qu'une exposition et vous pourrez si vous le souhaitez découvrir les rudiments de ce jeu et vous initier à sa pratique.

  • bouleanjou_01
  • bouleanjou_02
  • bouleanjou_03
  • bouleanjou_04
  • bouleanjou_05

Pour tout information :

Espace Information et Patrimoine Avenue du Moulin 49160 LONGUE-JUMELLES
Permanence de l'association sur rendez-vous uniquement le samedi et le dimanche de 10h à12h et de 16h à 18h

Téléphone  06 87 11 23 79
Courriel : jc.gueret@orange.fr

 

Le musée illustre, raconte et explique l’évolution de la boule de fort, de son origine à nos jours, des premières règles aux derniers règlements : fabrication des boules, conception des terrains, techniques de jeu, vocabulaire, aspect folklorique avec notamment le culte de  » Fanny « .

Le musée propose aux visiteurs un parcours diversifié où documents et objets d’époque alternent avec des outils technologiques de dernières générations : Bornes sonores, simulateurs de jeu, écrans permettent une découverte à la fois interactive et ludique du plus secret des jeux du patrimoine ligérien.

Au musée Picroboule, les visiteurs peuvent voir le déroulement des parties. Et quand personne ne joue, il a été prévu,  un dispositif de moniteurs vidéo suspendus permettant une reconstitution  d’une véritable partie.

L’animation du centre historique de la boule de fort « PICROBOULE » à la société de boules de fort « LA PAIX » de LERNÉ.

Afin d’assurer l’accueil des visiteurs et leur procurer une satisfaction maximale, la Société a formé un groupe de bénévoles pour assurer cette action. C’est pourquoi il est indispensable de prévenir de votre passage afin qu’ils puissent assurer l’ouverture des lieux.

Informations pratiques :

Les renseignements et réservations s’obtiennent auprès de la Société :
de préférence par courriel : bouledefortlerne@wanadoo.fr  
ou par courrier : Société de Boules de Fort « LA PAIX »  1, route de Thizay 37500 LERNE
ou par téléphone : soit à la Société : 02 47 95 86 86
soit auprès d’un correspondant :
Madame SOREAU Laurence : 02 47 95 94 13 / 06 66 37 10 03
Madame JUSSEAUME Christine : 06 10 37 41 73
Monsieur VERGNAUD Jackie : 06 86 88 89 19

logo_picroboule

Tarifs :

Tarif ENFANTS :
Gratuit pour les enfants de moins de 6 ans.
1 € 50 pour les enfants de moins de 12 ans.

Tarifs ADULTES :
3 €  en visite individuelle
2 € 50 pour les groupes de plus de 10 personnes
2 € 50 sur présentation de la carte de sociétaire d’une association de Boules de Fort.

Tarif de la SÉANCE d’INITIATION :
1 € 50 par personne
Précédée d’une démonstration par des joueurs de la Société « LA PAIX ».
Par groupe de 4 ou 6 personnes.
La durée pour un aller-retour est de 20 mn environ.

Nota : Au-delà de 30 personnes, il est possible de scinder le groupe en 2 : une moitié effectue la visite de PICROBOULE tandis que l’autre s’initie au jeu, et inversement.

La durée de l’initiation peut être raccourcie afin de s’adapter à votre programme.

Nous pouvons également vous soumettre des propositions afin d’étoffer votre séjour en Rabelaisie, si nécessaire.

AUTRES SERVICES
BOUTIQUE :
Vente de produits dérivés tous liés à la Boule de Fort : cartes postales, livres, BD, nombreux objets de décoration, d’art de la table, etc
LOCATION de la salle du Centre Historique